Pourquoi tu cours ?

Course à pied blog pourquoi courir raisons

 

     Courir, ça ne va pas forcément de soi. Avec son côté solitaire et peu ludique a priori, la course à pied n'est guère attirante au premier abord. Pourtant, vue la quantité de personnes qui s'agitent en vêtements fluo dans les allées des parcs chaque dimanche matin, nul doute qu'il existe de nombreuses raisons de s'y mettre. En course à pied, le nerf de la guerre, c'est la motivation.

Chacun ses raisons

 

     Il n'y a évidemment pas de "bonne" raison de courir dans l'absolu, la bonne raison c'est tout simplement celle qui marche, celle qui vous fait sortir de ce canapé si confortable pour aller faire tourner vos jambes engourdies dans le froid/le vent/la pluie/la neige/sous le cagnard [rayez les mentions inutiles]. Certains prennent tout simplement suffisamment plaisir à courir pour avoir à chaque fois spontanément envie d'y retourner. J'avoue que pour ma part le souvenir de la satisfaction post-effort ne suffit pas toujours...

     D'autres cherchent dans la course à pied un équilibre physique, un moyen de se maintenir en forme, ou de perdre du poids pour se sentir mieux, ou encore de légitimer quelques excès alimentaires. À ceux-ci je conseille un petit livre amusant : Les terribles et merveilleuses raisons pour lesquelles je cours de longues distances. Ils se retrouveront certainement dans les anecdotes décrites avec humour par The Oatmeal, qui avale aussi bien les kilomètres que les calories.

 

     Pour ma part, je ne cours pas pour manger d'avantage. C'est même plutôt le contraire, j'essaie avec difficulté d'adapter mon alimentation à toutes ces dépenses énergétiques, pour ne pas m'envoler au premier coup de vent. Ma motivation est ailleurs.

Mon Everest fait 226km

 

     Ce qui me fait courir, mais aussi pédaler (et parfois nager), c'est une recherche de défi physique, une volonté de repousser des limites qui me paraissent à l'origine infranchissable. Je suis en compétition avec moi-même, pour me surprendre en réussissant à aller toujours plus loin. C'est l'endurance qui me fait rêver, et ce à mesure que les distances s'allongent. Mais je ne veux pas seulement finir de longues distances, il s'agit d'être préparé au mieux pour être capable de donner tout ce que j'ai au moment de la course. Ainsi, courir un marathon constitue aujourd'hui mon objectif à moyen terme en course à pied. Mais je veux être suffisamment entrainé pour maîtriser cette épreuve le jour venu, ne pas finir à l'arrache. Avec de la volonté je pourrais peut être terminer cette épreuve aujourd'hui, mais en 4h30 ou 5h. Et ça, ça ne me fait pas envie. Je rêve de finir mon premier marathon en 3h30 3h (soyons fous !). Affaire à suivre...

 

     Pourtant ce n'est pas au marathon que je pense lorsque les kilomètres deviennent difficiles. Mon objectif ultime, c'est un triathlon, et pas n'importe lequel. Le Norseman, c'est un format Ironman classé dans la catégorie extrême à cause de ses difficultés exceptionnelles. Imaginez vous jeter à 5h du matin dans l'eau glacée d'un fjord de Norvège pour entamer 3,8km de natation, puis enfourcher votre vélo pour 180km avec 5 cols à passer et plus de 3300 mètres de dénivelé positif, avant de terminer par un marathon dont la deuxième moitié consiste en une ascension de 1500 mètres, avec des passages à plus de 10%. Non vous n'imaginez pas ? Jetez donc un oeil à ça.

 

     Et bien c'est au Norseman que je pense lorsque mes jambes deviennent raides dans une ascension en vélo qui s'éternise un peu trop à mon goût, ou lorsque mon allure de course commence à ralentir après le douzième kilomètre. Je me dis que si je veux rêver pouvoir un jour terminer cette épreuve, je n'ai pas le droit d'abandonner sur des entrainements si courts en comparaison.

 

     Bien sûr je suis aujourd'hui très loin d'avoir une condition physique me permettant de prétendre à une telle épreuve. Mais en sport il est important de ne pas griller les étapes, sous peine d'exploser en vol. Alors j'y vais progressivement. J'ai couru l'an dernier mon premier triathlon courte distance, puis mon premier semi-marathon. J'augmente doucement les distances, pour arriver à courir un semi-marathon relativement à l'aise à l'entrainement. Cette année mon objectif est de terminer un triathlon half-Ironman, avec un parcours pas trop difficile (façon de parler), peut être celui de Vichy. Pour les années suivantes, il s'agira de boucler un marathon, puis le Natureman, un triathlon longue distance avec un profil bien vallonné y compris en course à pied, façon Norseman (tiens donc !). Alors peut-être je pourrai espérer m'attaquer à la distance ultime de l'Ironman, dernière étape avant le plongeon dans l'eau noir de ce fjord Norvégien...

 

Départ Norseman triathlon ironman blog

À lire aussi

Test Puma Faas 600 v3 Blog course à pied chaussures running
Débuter course à pied blog running commencer courir


Écrire commentaire

Commentaires : 1

 

Un kilomètre à pied

 

Blog

running, triathlon

 

2015

 

PARTAGE  &  SUIVI

.....................................................

Pour ne rien rater, suivez

Un kilomètre à pied sur Facebook :

Ce blog vous plaît ? Partagez-le !

 

L'AUTEUR

.............................................

Aurélien, sportif

et grand amateur

de bouviers bernois.

Un kilomètre à pied - Blog running triathlon trail course à pied