Lyon Free Bike : la rando vélo, loin du chrono !

 

     Après avoir rapatrié à Lyon mon vieux VTT - vieux, mais tout de même triathlète ! - j'avais l'opportunité de participer à une belle rando vélo dans ma ville d'adoption : la Lyon Free Bike, ex Lyon Free VTT. Une semaine avant l'objectif principal de ma saison, le Trialong Île-de-France, je prenais cette sortie comme un dernier entrainement à vélo, qui aurait surement le mérite d'être plus fun que les séances habituelles. Et je n'ai pas été déçu !

 

Lâcher son esprit de compet'

     

     Quatre parcours sont proposés, classés par couleur à la manière des pistes de ski. J'opte raisonnablement pour le parcours bleu, qui avec ses 37km et 300m de D+ devrait m'offrir une jolie promenade de 2h. Pas de puce ni de chrono donc pour cette épreuve, la plaque numérotée que je récupère la veille de la course sur le village n'est là que pour identifier les participants. Dimanche matin, le départ est donné par vagues d'une quinzaine de cyclistes, afin d'éviter les bouchons. Le speaker met l'ambiance, et sans pression, tout le monde a le sourire, en particulier les Stéphanois qui ont fait le déplacement. De là à voir un lien avec la défaite de l'OL la veille...

 

 

À l'heure où partent les courageux du parcours noir, je suis encore sous la couette..!

  

     L'organisation promet de visiter nombre de lieux emblématiques de la ville, et à peine le départ donné dans le parc de Gerland, le tracé nous emmène à l'intérieur du palais des Sports, puis au bord de la pelouse du stade Gerland, qui parait bien petit lorsque les tribunes sont vides. Je regrette déjà de ne pas avoir pris avec moi mon appareil photo, mais je ne fais pas de pause pour admirer les lieux, et continue à rouler d'un bon train. Nous traversons le Rhône puis la Saône pour rejoindre la colline de Ste-Foy à l'Ouest de Lyon, qui constitue l'ascension principale du parcours.

 

   Dans ces montées, courtes mais bien raides, je regrette un peu mon vélo de route. Mais malgré l'embonpoint de mon VTT, je grimpe d'un bon rythme. Je suis en tout cas bien plus rapide que la majorité des participants, dont certains sont un peu à la peine dans les passages à plus de 10%. Rien d'étonnant, puisque l'idée est bien de faire une rando, et pas d'aller le plus vite possible. J'ai néanmoins un peu de mal à me faire à cette idée, et durant les premiers kilomètres mon côté compétiteur peine à se faire oublier. J'ai malgré moi envie d'appuyer un peu sur les pédales, et de dépasser des "concurrents".

 

Banquet et piste de ski

 

     Après un passage au pied de la Basilique de Fourvière et un œil jeté au magnifique panorama offert sur Lyon, j'arrive au premier ravitaillement, qui termine de me sortir de la tête la notion de compétition. En effet, il ne s'agit pas là d'attraper ce que l'on peut au vol pour repartir de plus belle, bien au contraire. Chacun trouve un coin pour poser son vélo, et prend ensuite tout son temps pour manger, boire, refaire le plein et discuter. Du coup c'est un peu le souk, mais ça m'a permis d'enchaîner madeleines et carrés de chocolat en toute décontraction !

 

     C'est l'estomac bien plein que je repars pour attaquer la descente de la colline de Fourvière par le nord, et la fameuse piste de la Sarra. Cette ancienne piste de ski constitue l'une des attractions du parcours; elle offre une descente VTT a priori très sympa, ouverte uniquement pour les grandes occasions. Mais encore faut-il y accéder, car les cyclistes y sont envoyés un par un toutes les 10 secondes par l'organisation, et cela créé un gros bouchon. Je digère donc tranquillement durant ce quart d'heure d'attente, avant de pouvoir me lancer dans la descente. Une première bosse, une autre, un virage, ça a effectivement l'air sympa ! Sauf que les choses se corsent assez vite. La descente est en fait très technique, avec des virages relevés très serrés et un revêtement en terre sèche et cailloux qui n'accroche pas des masses. Crispés sur mon vélo non-suspendu aux pneus pas loin d'être lisses, je négocie comme je peux les difficultés qui s’enchaînent. Ce qui devait arriver arriva, et je finis par me retrouver par terre après un énième dérapage non-contrôlé. Heureusement pas de dégâts, et j'en termine en notant bien que le VTT, ça peut être très technique !

 

Encore quelques petites surprises

 

     La suite du parcours sera moins exigeante, permettant de profiter de la balade touristique autour de Lyon. Après la colline de Croix-Rousse nous remontons le Rhône, puis le traversons pour rejoindre le parc de la Tête d'Or, et son vélodrome sur lequel nous effectuons un tour de piste. Impressionné par la pente que présentent les virages relevés (jusqu'à 43°), j'oublie bien vite l'idée d'y monter à la façon des pistards. Certains sont moins prudents, mais ils paient la lenteur et l'accroche de leur VTT par de belles gamelles !

 

Je copierai 10 fois : "Je ne dois pas screenshoter les photos de course"

 

     Un indispensable second ravito remet tout le monde d’aplomb, puis l'on rejoint la Presqu'Île, et après un passage devant l'Opéra et par la place des Terreaux, le parcours nous emmène dans un lieu pour le moins inattendu : un parking souterrain ! C'est la forme de ce parking qui lui donne tout son intérêt : deux spirales concentriques qui s'enfoncent en profondeur. La descente par la spirale intérieure est tout simplement géniale, un virage sans fin dévalé à toute vitesse, dans la pénombre et avec l'impression que l'on ne s’arrêtera jamais de descendre. La remontée par la spirale extérieure, moins pentue, est étonnamment facile, et tout aussi fun. Arrivés en haut, je crois que nous aurions été nombreux à vouloir repartir pour un deuxième tour de manège !

 

     La fin est plus tranquille. Nous descendons la Presqu'Île jusqu'à la confluence de la Saône et du Rhône, où nous apprécions au plus près le musée du même nom. C'est presque à regret que l'on rejoint enfin le parc de Gerland pour en terminer avec ce beau dimanche matin. En moins de trois heures, le parcours nous a offert un concentré des lieux les plus emblématiques de la ville, une magnifique visite touristique express, complète, pleine de bonne humeur et avec deux buffets à volonté. Une superbe manière de découvrir Lyon sous un autre angle, que l'on y vive ou pas. Et en plus on a même fait un peu de sport !


À lire aussi

Cross triathlon Jablines annet 2015 blog
Run In Lyon 2015 Blog


Écrire commentaire

Commentaires : 1

 

Un kilomètre à pied

 

Blog

running, triathlon

 

2015

 

PARTAGE  &  SUIVI

.....................................................

Pour ne rien rater, suivez

Un kilomètre à pied sur Facebook :

Ce blog vous plaît ? Partagez-le !

 

L'AUTEUR

.............................................

Aurélien, sportif

et grand amateur

de bouviers bernois.

Un kilomètre à pied - Blog running triathlon trail course à pied